Votre navigateur est obsolète et n’est plus soutenu. Pour pouvoir regarder ce site Internet sans erreurs, il vous faut un navigateur actualisé. Veuillez effectuer une mise à niveau pour un navigateur plus moderne. Merci.
Chrome Internet Explorer Safari Firefox

INTERVIEW

"Je trouve la mobilité trop peu coûteuse."

Timo Ohnmacht, sociologue des transports, est convaincu des effets positifs du
tunnel du Saint-Gothard et estime que les taxes d’incitation profitent à tous. Nous
nous sommes entretenus avec lui.

Bien placé pour en parler: Timo Ohnmacht enseigne la politique des transports à la Haute École de Lucerne.

Timo Ohnmacht, les médias parlent de plus en plus souvent de "paralysie du trafic". À votre avis, l’infrastructure de transport suisse est-elle efficace?
Notre système fonctionne bien, mais aux heures de pointe, il arrive régulièrement à ses limites. De plus, chaque développement est rapidement suivi d’une augmentation de la demande parce que de nouvelles possibilités créent de nouveaux besoins. Par ailleurs, la croissance de la population d’environ 1% par an entraîne, elle aussi, une demande accrue. Les problèmes de capacités aux heures de pointe vont donc continuer à nous préoccuper à l’avenir.

Les problèmes de capacités vont continuer à nous préoccuper à l’avenir.

Timo Ohnmacht, sociologue des transports

À votre avis, quel est le moyen de transport qui permettrait de soulager la situation?
À long terme, aucun. Pour moi, le seul espoir est un mode de vie où l’on se déplace moins loin: nous devons créer des structures qui nous permettent de sortir de la spirale de la mobilité sur de longues distances. Je trouve positif que la Suisse soit déjà un pays de mobilité multimodale. Alors qu’en Allemagne ou en France, c’est souvent "soit l’un, soit l’autre" – la voiture privée ou les autres moyens de transport –, la Suisse permet "l’un comme l’autre".

Nous pensons que le car sharing participe de ce "l’un comme l’autre".
Moi aussi. Les car sharers n’utilisent une voiture que lorsque cela est nécessaire et, pour le reste, ils se déplacent à vélo, à pied ou à l’aide des transports publics. Partager une voiture est donc un moyen de soulager les centres urbains et de rendre la vie plus agréable. Souvent, on ne se rend même plus compte de la perte de qualité de vie que signifie la ville adaptée à la voiture.

Le tunnel du Saint-Gothard met le trafic de poids lourds sur rail. Une mesure efficace?
Le ferroutage par la NLFA est la meilleure protection qui soit contre la surcharge du trafic. L’objectif fixé pour 2018 est de 650’000 camions par an, un chiffre qui serait impensable sans le nouveau tunnel. Pour le réaliser, la Confédération devrait aussi envisager de vendre des contingents de trafic routier aux plus offrants. Cela permettrait de refinancer des coûts externes comme la pollution.

Les taxes d’incitation sont une question politique brûlante.
Lorsque l’on pense aux effets néfastes, y compris sociaux, de la mobilité, je trouve qu’elle est trop peu coûteuse d’une manière générale. De plus, faire jouer les modes de transport les uns contre les autres est une spécialité suisse. En Allemagne, le débat est différent, la question est plutôt comment les moyens de transport peuvent se soutenir mutuellement. Lorsque des fonds sont déplacés de la circulation motorisée individuelle vers les transports publics, les automobilistes en profitent également, sinon, les routes seraient encore plus congestionnées.