Votre navigateur est obsolète et n’est plus soutenu. Pour pouvoir regarder ce site Internet sans erreurs, il vous faut un navigateur actualisé. Veuillez effectuer une mise à niveau pour un navigateur plus moderne. Merci.
Chrome Internet Explorer Safari Firefox

INTERVIEW

À la recherche de l’essentiel

Un stylo, deux pantalons, un ordinateur, un téléphone portable, sept chemises, un couteau, une cuillère et une fourchette. Alan Frei n’a pas besoin de plus pour se sentir bien. Nous avons rencontré cet entrepreneur de 34 ans à Zurich.

Alan Frei avec toutes ses possessions.

Alan Frei, vous possédiez auparavant 500 objets, actuellement, vous en possédez 119. Quel est votre objectif?
Je ne vise pas un nombre en particulier, je traverse différentes phases. Au début, c’était assez simple: quelque chose était défectueux ou inutile? Je m’en débarrassais! Puis, il y a trois ans, j’ai placé la plupart de mes biens dans le grenier, pour voir. Et vous savez quoi? Loin des yeux, loin du coeur! Je n’en avais plus besoin.

"Mon mode de vie n’est pas une critique de la consommation mais une recherche du bonheur"

Alan Frei

Dans quelle phase êtes-vous actuellement?
Aujourd’hui, je m’interroge très précisément sur ce dont j’ai besoin pour être heureux. Dernièrement, je me suis rendu compte que je n’avais plus besoin de petite cuillère. On peut tout à fait manger un yogourt avec une grande cuillère.

Vous parlez de bonheur. Est-ce là votre motivation?
Exactement. Je désire mener ma vie le plus simplement possible. Mieux j’y parviens, plus je me sens libre et indépendant.

J’imagine que mettre cette idée en pratique a suscité quelques interrogations autour de vous.
Effectivement, mais mes amis l’ont rapidement acceptée. Ma famille également, quoique ma mère essaye toujours de me donner des poêles ou autres. Jusqu’à maintenant, j’ai pu lui résister (il rit).

Comment l’idée de réduire vos possessions s’est-elle développée?
J’ai grandi dans une maison où rien ne manquait. C’était un moyen pour moi de couper le cordon; mais j’ai aussi reçu un écho favorable de la part d’un certain nombre de personnes. Le déclic s’est définitivement fait à la mort de mon père: lorsque nous avons vidé la maison, nous avons jeté des objets qui n’avaient pas été utilisés pendant des dizaines d’années. J’ai compris que j’étais dans la bonne voie.

La protection de l’environnement joue-t-elle un rôle dans votre choix?
Je vis comme tout le monde en réalité, je peux tout à fait faire des excès. Mon mode de vie n’est donc pas une critique de la consommation et n’a rien à voir avec l’écologie, c’est exclusivement une recherche personnelle du bonheur.

Quel rôle l’attention médiatique joue-t-elle? De fait, vous donnez régulièrement des interviews.
Aucun. J’ai beau être une personne extravertie, il n’a jamais été dans mes intentions de passer à la télévision. C’est arrivé, c’est tout.

Une dernière question: je suis invité à manger chez vous. Que dois-je apporter?
Des couverts et une assiette. Pour le reste, rien ne manque.

En savoir plus sur Alan Frei: www.alanfrei.com