Votre navigateur est obsolète et n’est plus soutenu. Pour pouvoir regarder ce site Internet sans erreurs, il vous faut un navigateur actualisé. Veuillez effectuer une mise à niveau pour un navigateur plus moderne. Merci.
Chrome Internet Explorer Safari Firefox

Des comptes rendus avisés.Communiqués de presse Mobility 2017.

26.01.2017Téléchargement communiqué de presse au format PDF

Mobility remplace 700 voitures diesel par des modèles essence

Mobility accorde une grande importance à la durabilité et à la protection de l’environnement. En raison des incertitudes actuelles sur les émissions réelles d’oxyde d’azote des moteurs diesel, la prestataire de car sharing remplacera progressivement 700 véhicules diesel par des voitures essence à compter du printemps. Elle en appelle à la responsabilité des législateurs et des fabri-cants de garantir la transparence aussi vite que possible. 

Les études montrent que la grande force durable du car sharing réside dans le partage des voitures entre utilisateurs. Rien qu’en Suisse, on compte 30’000 voitures privées de moins sur les routes grâce à Mobility. Mais le concept du partage ne suffit par à lui seul à protéger l’environnement: le type de voitures utilisées pour le car sharing est aussi important. "Nous nous efforçons de n’intégrer que des véhicules efficaces énergétiquement à notre flotte", explique Bernard Sauterel, le porte-parole de Mobility. L’impossibilité de dire combien les petites cylindrées à moteur diesel émettent réellement d’oxyde d’azote est ainsi d’autant plus gênante aux yeux de l’entreprise. "Les experts estiment qu’il faut multiplier les données des constructeurs automobiles, mais il n’existe pas de données fiables. Dans un premier temps, nous avons donc décidé de remplacer progressivement les 700 voitures diesel de la catégorie Economy par des véhicules essence." Cela correspond à près d’un quart de la flotte de Mobility.

Le dilemme: plus il y a d’essence, plus il y a de CO2
La décision de Mobility d’accroître le nombre de voitures essence met la coopérative face à un dilemme: ces voitures émettent certes moins d’oxyde d’azote, mais elles rejettent plus de CO2. "En conséquence, il sera difficile pour nous de parvenir aux objectifs CO2 de la Confédération", affirme B. Sauterel. Sur la base des données actuelles des fabricants, cela ne poserait aucun problème. Mais dès que les nouvelles procédures de test comme le test WLTP seront introduites et donneront des valeurs plus réalistes, "il faudra encourager la Confédération à revoir ses objectifs à la baisse", estime-t-il. Dans l’ensemble, Mobility salue toutes les mesures de la part des législateurs et des fabricants pour parvenir à des taux d’émissions plus transparents et plus proches de la réalité.


PHOTOS
Téléchargement de photos libres de droits: www.mobility.ch/fr/medias/archives-photographiques

CONTACT
Bernard Sauterel Bekauri, Communication & Médias Suisse Romande, téléphone 078 604 43 34, b.sauterel(at)mobility.ch

18.01.2017Téléchargement communiqué de presse au format PDF

Réseau d’emplacements: Mobility comble le dernier vide majeur

Avec le nouvel emplacement à Chêne-Bougeries, toutes les communes suisses de plus de 10’000 habitants ont au moins une voiture Mobility à disposition. La coopérative de car sharing voit en particulier du potentiel dans les zones urbaines. 

Mobility ne cesse de croître. L’année de sa création, l’entreprise de car sharing comptait 760 véhicules. Aujourd’hui, elle en possède 2’900 répartis dans toute la Suisse et disponibles en libre-service. "Si l’on considère les coûts et les efforts associés à un véhicule privé, le car sharing est à tous égards la meilleure option pour de nombreuses personnes", explique le responsable de la communication Bernard Sauterel. Aujourd’hui, l’ouverture de l’emplacement dans la commune genevoise de Chêne-Bougeries permet à Mobility d’être présente dans toutes les communes suisses de plus de 10’000 habitants. "C’est une étape majeure dans notre effort de créer un réseau d’emplacements toujours plus dense", se réjouit-il.

Les villes comme marché de croissance
Actuellement, sept emplacements Mobility sur dix en Suisse se trouvent dans des villes ou des agglomérations. À l’avenir aussi, Mobility concentrera d’abord son attention sur les zones urbaines. C’est là que les transports publics sont particulièrement bien établis, ce qui joue en faveur du car sharing, puisque ces deux possibilités sont souvent combinées.

Extension ponctuelle en région rurale
Malgré tout, le réseau d’emplacements Mobility est aussi étroitement relié aux zones rurales: dans 85% de toutes les communes de plus de 5’000 habitants, une voiture rouge de car sharing au moins est à disposition. "Dans des localités de cette taille, nous ne voyons toutefois que des possibilités ponctuelles d’extension", déclare B. Sauterel. "Le futur consistera plutôt à maintenir notre niveau élevé partout où cela est possible."


PHOTOS
Téléchargement de photos libres de droits: www.mobility.ch/fr/medias/archives-photographiques

CONTACT
Bernard Sauterel Bekauri, Communication & Médias Suisse Romande, téléphone 078 604 43 34, b.sauterel(at)mobility.ch

Communiqués de presse d’autres années