Votre navigateur est obsolète et n’est plus soutenu. Pour pouvoir regarder ce site Internet sans erreurs, il vous faut un navigateur actualisé. Veuillez effectuer une mise à niveau pour un navigateur plus moderne. Merci.
Chrome Internet Explorer Safari Firefox

Les voitures Mobility sont nettement moins polluantes que la moyenne suisse

Aujourd’hui déjà, une voiture Mobility consomme 20% de carburant de moins. Une utilisation accrue de motorisations alternatives doit en outre permettre d’améliorer encore le bilan carbone.

La flotte de Mobility est et reste d’une grande efficacité énergétique: sa consommation de carburant moyenne s’élève actuellement à 4.7 litres/100 km. Autrement dit, une voiture Mobility consomme 20% de moins qu’un véhicule neuf moyen en Suisse. "Nous voulons proposer les véhicules les moins énergivores qui soient dans chacune de nos catégories", explique Viktor Wyler, responsable de la flotte. Cela se répercute également sur les émissions de CO2: avec 94 g/km, elles se situent elles aussi bien en dessous de la moyenne des voitures neuves suisses (134 g CO2/km).

Mobility permet une économie de 31’400 voitures privées et de 23’500 de tonnes de CO2 par an.

Cependant, toutes ces valeurs pourraient augmenter légèrement à l’avenir, et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, la société coopérative remplace ses véhicules diesel par des modèles à essence à la suite du scandale du diesel. Or, ces derniers émettent moins d’oxyde d’azote mais plus de dioxyde de carbone. Deuxièmement, un nombre croissant d’utilisateurs Mobility désirent conduire des véhicules automatiques qui, eux aussi, consomment davantage. "Et troisièmement, explique Viktor Wyler, l’industrie est enfin tenue de mettre en œuvre des méthodes de mesure réalistes. Résultat: les valeurs données à l’origine pour toutes les voitures du monde font un bond."

La progression des motorisations alternatives
Les motorisations alternatives sont également à l’ordre du jour chez Mobility. L’entreprise se fixe pour objectif que sa flotte compte 150 voitures électriques d’ici la fin de l’année prochaine, soit deux fois plus qu’il y a quelques mois encore. Le défi: à ce jour, aucun des véhicules électriques ne parvient à couvrir ses coûts. Les frais d’achat et d’infrastructure sont trop élevés et le nombre de réservations est trop faible. "On peut donc dire que, à l’heure actuelle, les voitures électriques sont subventionnées par les autres catégories", constate Viktor Wyler. La flotte compte également 110 Toyota Yaris Hybrid (qui combinent moteur électrique et moteur essence) et 100 véhicules au gaz Go à Genève. De plus, les collaborateurs du ServiceMobil qui veillent à la propreté et au bon fonctionnement des voitures utilisent des VW au gaz pour se déplacer.

Le comportement des utilisateurs est plus important que le bilan carbone
Quels que soient les efforts faits pour parvenir à une flotte à faibles émissions cependant, une chose demeure: si l’effet durable du car sharing est si important, cela tient avant tout au comportement des utilisateurs et non aux voitures elles-mêmes. En effet, une étude montre que les conducteurs Mobility se passent souvent d’un premier ou d’un second véhicule, qu’ils remplacent dans une large mesure par les transports publics. Grâce à cela, Mobility fait économiser 31’400 voitures privées et 23’500 tonnes de CO2 par an à la Suisse. Une excellente chose pour l’environnement!