[Translate to Francais:]

Bio. Logique? Un aperçu de la jungle des labels

Les consommateurs sont toujours plus nombreux à miser sur les produits pourvus d’un label bio. Malheureusement, Mais pourquoi existe-t-il autant de labels? Et quelles sont les différences entre ces labels?

Mener une vie saine commence par l’alimentation. Et il est absolument réjouissant qu’un nombre croissant de grands distributeurs proposent des aliments qui semblent «bio» (en savoir plus ici), «nature», ou se présentent du moins comme tels. Les choses se compliquent toutefois rapidement lorsqu’on se penche de plus près sur la question des aliments bio. Voici une tentative de clarification.

Quels sont les types de labels existants?

Outre les labels qui s’appliquent à toute une série de produits (comme le Bourgeon ou Demeter), il en existe certains pour des catégories de produits particulières (par exemple Delinat pour le vin, fidelio pour la viande ou Soyana pour les produits végétaux). Enfin, on trouve aussi des labels régionaux (RegioFair, Gran Alpin).

Qui attribue les labels bio?

Les labels bio peuvent d’une part être remis par les États. La France, l’Allemagne ou le Danemark ont par exemple chacun leur propre label. L’UE, en tant que communauté d’États, dispose également d’un label bio. La Suisse, elle, n’a pas de label de ce type. Chez nous, les labels sont remis par des organisations privées, c’est-à-dire une association ou une union (comme IP-Suisse ou Bio Suisse), un groupe de travail ou des marques de distributeurs (p. ex. Naturaplan de Coop). Ces marques de distributeurs peuvent être présentées sur l’emballage avec un label bio, en co-branding, p. ex. avec le Bourgeon de Bio Suisse.

Les différents labels ont-ils aussi différentes significations?

C’est précisément là le point critique: les labels disponibles en Suisse correspondent à différentes directives plus ou moins strictes. Autre complication, les marques de distributeurs de Lidl, Migros et compagnie se présentent sous diverses versions, qui correspondent à différentes normes de certification. Nous te donnons donc ci-dessous un aperçu de ces normes et des labels correspondants.

Produits certifiés selon les directives Bio de l’UE

Qu’il s’agisse de Migros, Coop, Aldi ou Lidl: le logo vert avec les petites étoiles blanches est de plus en plus présent sur les produits des magasins de Suisse. Il s’agit du label bio de l’UE:

  • Aucun produit phytosanitaire chimique de synthèse
  • Utilisation restreinte d’engrais minĂ©raux
  • Le produit ne peut contenir plus de 0,9 % de composants gĂ©nĂ©tiquement modifiĂ©s
  • Au moins 95 % des ingrĂ©dients d’un produit doivent venir de l’agriculture biologique et donc 5 % au maximum peuvent ĂŞtre issus de l’agriculture conventionnelle
  • Les aliments pour animaux ne peuvent contenir ni antibiotiques, ni farines animales
  • Aucun produit stimulant la croissance dans l’élevage
  • Interdiction de l’irradiation des aliments
  • Le label bio de l’UE ne pose toutefois que peu voire pas d’exigences en matière d’irrigation, de biodiversitĂ©, de climat et de social. Il n’existe pas de directives sur l’emballage, le commerce Ă©quitable ou le dĂ©veloppement durable dans la transformation. Son Ă©valuation est donc plus mauvaise que celle d’autres normes bio
Les labels de distributeur suivants correspondent au règlement bio de l’UE
Aldi: Nature Active Bio  
Spar: Natur Pur
(pour les produits importés)

Denner: Ener Bio

Migros: Migros Bio
(Pour les produits importĂ©s ou transformĂ©s. Dispositions supplĂ©mentaires, p. ex. interdiction du transport aĂ©rien) 
Lidl: Bio Organic
(avec le logo bio UE), pour les produits importés

Produits selon la production intégrée

Il est largement connu: le label avec la coccinelle. Il est remis par IP Suisse et désigne les produits suisses issus de la «production intégrée». Ces derniers ne correspondent pas encore aux normes bio: les engrais minéraux et certains herbicides sont autorisés, les céréales fourragères peuvent être produites de manière intensive. Les directives sont toutefois plus strictes que dans l’agriculture conventionnelle:

  • l’utilisation d’engrais chimiques de synthèse et de produits phytosanitaires est limitĂ©e ou interdite
  • Les rĂ©gulateurs de croissance, les fongicides chimiques et les insecticides ne sont pas autorisĂ©s
  • Il est interdit de cultiver des plantes gĂ©nĂ©tiquement modifiĂ©es ou d’élever des animaux gĂ©nĂ©tiquement modifiĂ©s
  • Des mesures de prĂ©servation de la biodiversitĂ© et de protection des ressources doivent ĂŞtre appliquĂ©es
  • La production et la transformation sont exclusivement effectuĂ©es en Suisse et dans la principautĂ© du Liechtenstein
Les labels de distributeur suivants correspondent au règlement bio de l’UE
Aldi: Nature Suisse
Migros: Terra Suisse (avec des dispositions supplémentaires, notamment dans le domaine social et les emballages)

Produits conformes aux directives de Bio Suisse

Vous connaissez probablement le logo du bourgeon blanc sur fond vert. C’est l’emblème de Bio Suisse, l’association faîtière des organisations de l’agriculture biologique en Suisse. Les exigences du Bourgeon sont plus strictes que les exigences légales posées aux produits bio en Suisse. Globalement, la norme bio de Bio Suisse est l’une des plus élevées au monde. Cela comprend:

  • Une gestion complète de l’exploitation en bio 
  • Tous les ingrĂ©dients d’un produit Bourgeon rĂ©pondent aux directives de Bio Suisse (Ă  quelques rares exceptions, lorsqu’un ingrĂ©dient n’est pas disponible en qualitĂ© Bourgeon, mais seulement en «bio»)
  • Aucun OGM 
  • Aucun arĂ´me ou colorant synthĂ©tique, aucune vitamine artificielle 
  • Transformation douce (p. ex. pas de pasteurisations multiples du lait)
  • La fertilisation, la rotation des cultures et les pesticides sont soumis Ă  des dispositions strictes
  • Beaucoup d’espaces extĂ©rieurs pour les animaux en Ă©tĂ© et en hiver, fourrage adaptĂ© Ă  l’emplacement et aux animaux (basĂ© sur les herbages)
  • Exigences sociales concernant les conditions de travail, directives pour des relations commerciales Ă©quitables
  • Dispositions pour le matĂ©riel d’emballage
  • IntĂ©gration d’une stratĂ©gie durable et climatique: le transport aĂ©rien est interdit, les serres ne peuvent ĂŞtre chauffĂ©es que de manière limitĂ©e. Il est uniquement possible d’importer ce qui ne pousse pas ou pas suffisamment en Suisse
  • Pas de destruction de la forĂŞt vierge pour avoir des ingrĂ©dients de l’étranger
  • Pas de traitement des mauvaises herbes, pas mĂŞme avec des produits biologiques (dĂ©sherbage Ă  la main) 
  • Promotion ciblĂ©e de la biodiversitĂ© grâce Ă  des surfaces de compensation Ă©cologique et Ă  d’autres mesures 
  • Dispositions strictes et spĂ©cifiques au produit concernant le processus de transformation et les additifs
  • Dispositions pour le matĂ©riel d’emballage

L’association Bio Suisse possède deux labels: Le Bourgeon Bio pour les produits qui contiennent plus de 10 % de matières premières importées et le Bourgeon Bio Suisse avec la croix suisse pour les produits dont au moins 90 % des ingrédients viennent de Suisse.

Les labels de distributeurs suivants répondent aux exigences du Bourgeon
Coop Naturaplan (aussi bien pour les produits suisses que pour la plupart des produits importés)
Migros: Migros Bio Suisse (avec la croix suisse), pour les aliments non transformés de Suisse
Lidl: Bio Organic (avec la croix suisse)
Aldi: Nature Suisse Bio
Manor: bio natur plus

Et qu’en est-il des labels comme Claro et Max Havelaar?

Max Havelaar est surtout un label de commerce équitable: il met l’accent sur le commerce équitable des produits, conformément aux directives de Fairtrade International. Cela comprend notamment le paiement de prix minimaux et une prime commerce équitable. Différentes directives s’appliquent à la production. Les exigences environnementales sont moins strictes que celles d’autres labels.

Claro désigne également des produits issus du commerce équitable, conformément aux directives de Fairtrade International. Ils viennent de près de 200 coopératives de petits agriculteurs soutenues de manière ciblée dans les pays du Sud. Quasiment 75 % des produits respectent par ailleurs le règlement bio de l’UE.

Demeter: quelle est la différence entre la bio et la biodynamie?

Les produits Demeter répondent non seulement aux exigences de Bio Suisse, mais aussi à celles de l’agriculture biodynamique.

  • La plantation et la rĂ©colte respectent le calendrier biodynamique, qui tient notamment compte des phases de la lune. Les prĂ©parations «biodynamiques» rĂ©alisĂ©es Ă  partir de substances naturelles assurent la croissance et la qualitĂ© des plantes
  • L’élevage est obligatoire pour les exploitations, car il permet d’obtenir de l’engrais pour l’agriculture et profite du fourrage produit sur place
  • Les vaches ne sont pas Ă©cornĂ©es
  • Les additifs sont rĂ©duits au strict minimum

  • La transformation chimique, l’irradiation et le traitement par micro-ondes sont interdits
  • La transformation est douce, avec encore moins d’étapes autorisĂ©es (le lait Demeter ne peut par ex. ni ĂŞtre homogĂ©nĂ©isĂ©, ni chauffĂ© Ă  ultra-haute tempĂ©rature)
  • Seule l’interdiction du transport aĂ©rien, telle qu’elle existe chez Bio Suisse, est levĂ©e dans certains cas chez Demeter

Nous espérons que cet article aura permis de répondre à quelques questions. Que pensez-vous de l’abondance des labels en Suisse? Nous nous réjouissons de recevoir vos retours.

La version de ton navigateur n’est plus prise en charge

Mets à jour ton navigateur ou utilise une alternative. Nous te recommandons d’utiliser Google Chrome, Safari, Edge ou Firefox.