Faire le tour de la Norvège en voiture électrique? C’est possible! Dans une certaine mesure. Un retour d’expérience.

Des vacances d’été en voiture électrique. Est-ce possible? Comment se déplace-t-on quand on ne sait pas exactement où se trouve la prochaine borne de recharge? Le collaborateur Mobility Adrian Boller a tenté sa propre expérience en Norvège.

15.10.2021

  • DurabilitĂ©

  • Lifestyle

Bon nombre de Suissesses et de Suisses ont encore des craintes lorsqu’il est question de voitures électriques. Parmi les plus fréquentes, on trouve la densité encore limitée du réseau public de bornes de recharge et la peur conséquente – mais infondée – de rester coincé en cours de route. Adrian Boller, Senior Product Manager chez Mobility, avait envie de tester l’électromobilité sous toutes ses coutures. Il a ainsi jeté son dévolu sur la Norvège, royaume des véhicules électriques. En effet, aucun autre pays au monde ne compte proportionnellement autant de voitures électriques et hybrides immatriculées que le pays des fjords (en septembre 2021, elles représentaient neufs nouvelles immatriculations sur dix). Et peut-on imaginer plus agréable que de traverser en silence le paysage automnal doré des îles Lofoten?

Voyage en voiture électrique à travers la Norvège

Nature et électromobilité: un duo de rêve!

Plein d’anticipation joyeuse, nous récupérons notre VW ID.4 rechargée à l’aéroport de Bodø et prenons directement le ferry pour les Lofoten. Et voilà déjà notre première surprise positive: les véhicules électriques bénéficient d’un tarif fortement réduit pour le ferry. Après avoir accosté, nous prenons la route et nos cœurs font leurs premiers bonds de joie: les caractéristiques de conduite silencieuses de notre voiture électrique ne pourraient pas mieux s’intégrer dans le paysage naturel, sauvage et rude, entre mer et montagne. Chaque trajet de découverte est un pur plaisir. En outre, les 400 kilomètres d’autonomie de la batterie suffisent largement pour plusieurs jours de route. Nous sillonnons ainsi les vallées et les fjords dans un murmure, jusqu’à devoir effectuer notre première recharge.

Malheureusement, une borne incompatible

La question de savoir où recharger notre voiture ne se pose même pas, puisque notre premier hébergement met gratuitement une borne de recharge à disposition de ses hôtes. Marque: Tesla. Le loueur nous assure que celle-ci fonctionne également pour les véhicules d’autres constructeurs. Hélas, il a tort. La recharge ne fonctionne pas. Nous nous rabattons donc sur une prise extérieure classique et rechargeons notre véhicule durant la nuit avec une puissance de 2 kW au lieu de 11 kW. Cela suffit pour les trajets allers-retours jusqu’aux points de départ de nos randonnées. Au fil des jours, nous cumulons même un bon excédent de batterie.

Des déplacements entièrement numériques

Sur les longs trajets (par exemple des Lofoten à Tromsø), la recharge fonctionne en revanche sans problème: la plupart des bornes de recharge – et leur taux d’occupation – sont indiquées sur Google Maps, ainsi que sur le système de navigation de la voiture.

Une fois arrivés à l’une d’elles, il nous suffit de brancher la voiture, de scanner le code QR, de saisir les coordonnées de carte de crédit en ligne et de lancer la recharge. 50 kW sont ici largement suffisants, d’autant qu’une pause ravitaillement d’une demi-heure est bienvenue après trois heures de trajet. Nous pouvons ensuite rouler à nouveau deux bonnes heures sans encombre. Avec un peu de chance, il est possible de profiter occasionnellement de bornes de recharge de 75 ou 100 kW. Seul point noir au tableau: selon les prestataires, il est parfois obligatoire de télécharger une application ou de s’enregistrer, ce qui fait plus l’effet d’un retour en arrière que d’une avancée pour les utilisateurs occasionnels ou les touristes comme nous.

Plus l’endroit est reculé, plus cela est difficile

Sur Senja, une île norvégienne très faiblement peuplée (5 pers./km2; Suisse: 219 pers./km2), nous faisons des randonnées absolument spectaculaires. Les choses se compliquent toutefois lorsqu’il s’agit de trouver des bornes de recharge publiques. Ainsi, la prochaine se trouve certes dans un endroit merveilleux, à la pointe du fjord, mais il faut 35 bonnes minutes de voiture pour y arriver depuis notre hébergement. J’ai beau demander l’air de rien à notre hôte Sven-Erik s’il n’existerait pas une borne plus proche, cela ne le pousse malheureusement pas à nous proposer sa prise extérieure.

Après le dĂ®ner, nous enfilons donc des vĂŞtements bien chauds et prenons une thermos de thĂ© pour la route, dans l’idĂ©e romantique de charger la voiture tout en «chassant» les aurores borĂ©ales. 

La borne électrique se trouve dans un complexe hôtelier et demande une fois de plus de s’enregistrer sur une application, qui est toutefois inutilisable si l’on n’est pas domicilié en Norvège. Pratique pour les touristes... Heureusement, le monsieur du service d’assistance téléphonique 24h/24 nous aide à inventer des coordonnées norvégiennes afin que nous puissions enfin recharger notre véhicule.

Après avoir guetté en vain les aurores boréales dans le froid et le vent, nous retournons nous réfugier dans notre VW. Le constat est amer: seul un tiers de la puissance attendue est entrée dans la batterie. Ainsi, notre sortie recharge et aurores boréales a clairement été un flop à tous les niveaux.

Nous n’avons plus d’autre choix: nous décidons de brancher la voiture sur la prise extérieure de la maison sans demander l’avis de notre hôte. Sven-Erik: «We are sorry, but thank you!»

La station de recharge est plus difficile à trouver que prévu.

Manœuvres difficiles pour un peu de jus

Nos vacances touchent lentement à leur fin. Sur la route du retour vers Bodø, nous nous arrêtons à une borne présentant une configuration intéressante: le sens de la marche de l’étroite ruelle de stationnement et la disposition en épis des places de stationnement incitent clairement à se garer vers l’avant. Aussitôt dit, aussitôt fait. Mais le câble de recharge est alors trop court pour atteindre la prise située à l’arrière du véhicule. Sous le regard impatient des conducteurs norvégiens de véhicules essence, nous manœuvrons un moment pour atteindre la bonne position. Nous avons au moins la satisfaction d’observer ensuite d’autres véhicules qui ne résolvent pas le problème mieux que nous. Nous nous demandons toutefois quelle longueur de véhicule les ingénieurs en charge de cette station ont pris pour référence.

Charger les voitures Ă©lectriques n'est pas toujours facile.

Conclusion: c’est cool, mais...

Après avoir parcouru plus de 2000 kilomètres Ă©lectriques et la tĂŞte pleine de merveilleux souvenirs de vacances et de randonnĂ©es, nous sommes de retour Ă  Bodø. Que pensons-nous du vĂ©hicule et de ses gadgets et systèmes d’assistance? C’est sensationnel.  Et des bornes de recharge publiques? Elles Ă©taient gĂ©nĂ©ralement correctes, bien que les choses aient parfois Ă©tĂ© rendues compliquĂ©es par la faible densitĂ© du rĂ©seau dans les rĂ©gions reculĂ©es et par les diffĂ©rentes contraintes d’enregistrement pour la recharge.  Nous en sommes nĂ©anmoins convaincus: The Future is now, et nous le referions donc sans hĂ©siter. Il est en effet très agrĂ©able d’avoir la sensation de voyager de manière durable. Ce qui nous a surpris: en comparant avec la Suisse sur Google Maps, nous avons constatĂ© que la densitĂ© gĂ©ographique du rĂ©seau de bornes de recharge est parfois nettement meilleure en Suisse que dans le nord de la Norvège. Nous sommes donc sur la bonne voie!

La Norvège avec l'ID4 de VW

Ce que Mobility fait mieux que les Norvégiens

En tant que cliente ou client Mobility, vous pouvez vous réjouir à la perspective de l’avenir électrique:

  • chaque trajet Return dĂ©marre Ă  une borne de recharge. Nous garantissons ainsi que la batterie est toujours suffisamment chargĂ©e. Et si le trajet a durĂ© plus longtemps que prĂ©vu, vous pouvez recharger gratuitement le vĂ©hicule aux points de recharge GOFAST rĂ©partis dans toute la Suisse.
  • De plus, vous n’avez besoin de penser Ă  rien pour la recharge: nous nous chargeons pour vous de l’enregistrement et du paiement pour la recharge en cours de route. Nous nous assurons Ă©galement que la batterie est uniquement rechargĂ©e avec du courant vert.
  • Nous proposons une grande diversitĂ© de modèles Ă©lectriques et Ă©largissons constamment notre flotte.

La version de ton navigateur n’est plus prise en charge

Mets à jour ton navigateur ou utilise une alternative. Nous te recommandons d’utiliser Google Chrome, Safari, Edge ou Firefox.